ИЛЬЯ ЧЛАКИ - Toi, moi… (Ты, я...)

Поиск

Календарь

«  Февраль 2023  »
ПнВтСрЧтПтСбВс
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728

Дружественные сайты:

  • Международная Федерация русских писателей
  • Literatur Niedersachsen
  • Литературный журнал Edita
  • Статистика

    Понедельник, 06.02.2023, 09:34
    Приветствую Вас Гость
    Главная | Регистрация | Вход | RSS

              И Л Ь Я   Ч Л А К И

    Toi, moi… (Ты, я...)

     

    Traduction du russe vers le français par Carole Mettler Kremer

     

    Personnages :

     

    Dimitri

    La femme clown

     

     

    Appartement deux pièces. Agencement standard. Désordre.

    Dimitri est allongé sur le canapé. Près de lui, à ses pieds, est assise la femme clown.

     

    La femme clown         Dima ! Dimotchka !... Comment tu es !... Moi, je t’appelle et toi, tu ne daignes même pas te tourner vers moi. Dimotchka ! Faut pas, ne sois pas comme ça, tu entends, tu dois être souriant, gai, heureux de vivre. Allez, regarde-moi, regarde-moi plus vite que ça. Et souris. Dis-toi : tout va bien pour moi, tout va très bien. Dimoulia !... Réveille-toi, mon bébé, ta petite maman est là, réveille-toi…Allez, regarde-la, c’est moi, ta mamounette ! Tu me reconnais ? Qu’est-ce qui est arrivé à mon petit garçon, qui a offensé mon pitchoun ?! Dimousia !... Si tu veux dormir, couche-toi au moins normalement, fais ton lit, déshabille-toi… Mon petit !... Tu veux qu’on joue à quelque chose de drôle ? Aux blagues Carambar, par exemple. Tu as tellement de papiers de bonbons. Tu veux ? Ou alors, mieux encore, tu me montres ta collection de timbres. Combien en as-tu ? Mille, deux mille ? Si tu te comportes mal, je te mets au coin ! Mais tu ne vas pas faire de peine à ta p’tite maman, parce que tu l’aimes, n’est-ce pas ? Tu l’aimes ? Mon pauvre petit garçon !... Allez, dis-moi, qu’est-ce qu’il s’est donc passé aujourd’hui ? Quelqu’un t’a offensé ? Les gamins du quartier ? Ou alors il s’est passé quelque chose à l’école ? Quoi qu’il en soit, tu dois être honnête et toujours dire la vérité, même si cette vérité est cruelle. Il n’y a rien de pire que la sournoiserie, la poltronnerie et la fumisterie. Promets que jamais tu ne nous tromperas jamais, ton papa et moi. Promets. Voilà qui est bien, sois un bon garçon. Si papa était encore vivant, il t’aurait emmené en hélicoptère, il connaissait plein de monde, à l’aérodrome aussi. Des pilotes. Ils ne le lui auraient pas refusé. Ils l’aimaient beaucoup, ton papa. Vous seriez arrivés, vous auriez pris place dans l’hélicoptère et vous vous seriez envolés… Ben oui, tu n’as jamais fait d’hélicoptère. Je savais que ça te ferait plaisir. Allez, lève-toi, lève-toi donc, tu vas être en retard à l’école. Mon Dieu, c’est un supplice de te réveiller le matin. Tu devrais te coucher plus tôt, tu aurais moins de peine à te lever. Et ta géométrie, tu l’as révisée ? Et cesse de te bagarrer, tiens-toi correctement, c’est pas possible, chaque jour des remontrances, regarde, ton carnet en est plein. Les notes : 2/5, 2/5… C’est donc si difficile pour toi d’essayer de me faire plaisir ? Mets-toi à ton bureau, travaille un peu et tu obtiendras un 5/5. Tu le peux, c’est sûr, tu le peux. Les enseignants aussi disent que tu n’es pas sot. Tu as un poil dans la main, mon Dimotchka. Comment tu vas construire ta vie ? Dans la vie, il faut avoir un but. Pour quoi vis-tu ? Que vas-tu devenir ? Si papa était en vie, il serait très déçu. Il t’aurait tancé. Parce que tu es seul responsable de tes propres malheurs, toi et ta fainéantise ! A quoi tu penses ? Rien n’est acquis ! Commence par étudier, ensuite interroge-toi sur ce dont tu as besoin ! Je comprends, une jeune femme, l’amour, mais ça ne mérite pas de tout plaquer ! Mon Dieu, aie pitié de moi !...

    Dimitri                        (il crie) Assez ! Ferme-la! Je ne peux pas t’écouter, je ne peux pas !

    La femme clown         C’est à cause d’elle que tu es si triste ?

    Dimitri                        Je ne suis pas triste. Je suis joyeux, joyeux !

    La femme clown         On ne dirait pas.

    Dimitri                        Ecoute, c’est pas ton affaire pour que tu y mettes tout le temps ton nez, alors qu’on t’a rien demandé ! Dégage de là, me prends pas la tête.

    La femme clown         Non, je ne peux pas te voir dans cet état ! Je resterai avec toi tant que ton état ne se sera pas amélioré. Et ne crie pas, je t’en prie, je veux te voir comme tu es d’ordinaire… je ne sais pas… bon, gentil, gai…

    Dimitri                        Connasse ! Con-nasse ! « Gai » ! Qu’est-ce qui me rendrait gai ?! Pas de fric, une vie de merde !... Et toi, t’es gaie !

    La femme clown         Je veux que tu…

    Dimitri                        Disparais, à la fin ! Tu crois qu’il faut que je danse, que je braille des chansons ?!

    La femme clown         Pourquoi exagérer ? Sois comme tu es, c’est tout ce que je te demande. Et je m’en irai sur-le-champ, promis.

    Dimitri                        Et moi, je pense que je vais quand même danser pour toi. Quelque chose de djeuns pour rendre dingue tous les voisins. On va le faire avec toi maintenant, allez, on va s’amuser !...

     

    Dimitri allume la radio. La musique retentit.

     

    Dimitri                        Viens-là, mon p’tit bout, je ne sais pas danser seul.

     

    Dimitri attire la femme clown vers lui

     

    La femme clown         Surtout, ne t’énerve pas…, s’il te plaît.

    Dimitri                        Danse ! Tu n’arrêtes pas de jacasser ! Bouge tes jambes ! Allez, allez une petite valse ! Ah, toi, ma joie !... Ma p’tite boulotte…

    La femme clown         Je n’ai plus dansé depuis si longtemps… j’ai oublié comment on fait.

    Dimitri                        Allez, plus d’entrain, plus d’entrain. Une jambe par-ci, une jambe par-là, voilà, comme ça…maintenant, un peu plus vite… Il faut écouter la musique, pour qui elle joue… Pour nous, rien que pour nous, pour toi et moi. Allons, ma belle, mets-y du tiens, tape du pied, de ton énorme pied…Allez, vas-y ! Tape jusqu’à faire dégringoler le lustre des voisins. Parce que tu peux le faire, tu peux…

    La femme clown         Je n'ose pas trop.

    Dimitri                        Tu n’oses pas trop quoi, te dévergonder ?

    La femme clown         Danser. J’ai l’impression de ne pas y arriver, de danser comme un pingouin. Je ressemble à un pingouin ? Tu vois, je le sentais ! Même pour me déplacer j’ai quelques difficultés… Mais avant, quand j’étais jeune, je dansais bien…Enfin, il me semble. Non ? Qu’est-ce que tu en penses ?

    Dimitri                        A propos de tes danses ?

    La femme clown         Ben, au moins.

    Dimitri                        Je pense que le tableau était affreux.